Accueil » Patrimoine » Quelques ANECDOTES des « SAGES » ÉTAULIENS…

Quelques ANECDOTES des « SAGES » ÉTAULIENS…

sananesAnne et Roger SANANES

C’était il y a longtemps et puis le temps a passé vite, vite !

Il faisait beau pour ces feux de la Saint Jean en 2001. Le village semblait être là tout entier pour nous accueillir. Une jolie pagaille régnait dans notre nouvelle maison. Il nous suffisait de franchir la haie et nous étions prêts à trinquer et danser avec les habitants. C’était bon enfant, familial et convivial, gens d’en haut et gens d’en bas, tout le monde se retrouvait sur le terrain de foot.

L’hiver est arrivé, « froid comme avant », -10°, -15°, la goutte au nez, il y avait le marché de Noël pour réchauffer les coeurs et rassembler les gens du village, c’était si gai, si drôle on mettait trois jours à s’en remettre, à chasser les odeurs de gaufres et de vin chaud de nos narines et de nos vêtements. Et l’hiver tardif en mars 2009 où les plus vaillants étaient allés déneiger devant les maisons de nos aînés…

C’était bien, c’était avant.

Le marché de Noël ne s’est pas relevé d’une maladie « d’usure », nous avons maintenant un marché des saveurs en juin et c’est bien.

Le village s’étend, s’agrandit et nous connaissons peu les nouveaux arrivants. Les marches en forêt, les copains et copines du village, la douceur et le calme nous avaient attirés ici ; nous ne regrettons rien si ce n’est les rencontres qui parfois semblent s’être raréfiées. Nous gardons l’envie d’échanger et restons plein d’espoir pour l’avenir…

 

govaerstRoselyne et Lucien GOVAERTS

Après avoir vécu en Belgique, aux U.S.A., en Hollande et en Allemagne, je suis arrivé à Dijon pour le travail en septembre 1983.

En 1990, je me suis installé, avec ma femme, à Marsannay-le-Bois. Nous avons cherché à nous rapprocher de Dijon mais rien ne nous satisfaisait…

Un agent immobilier nous a proposé Étaules, cela ne nous rapprochait pas vraiment… Mais, la magie a opéré ! Sans avoir visité la maison, le lieu nous plaisait ! C’était là que nous voulions habiter au milieu des sapins… A l’époque, nous avions un terre-neuve et il était indispensable d’avoir un grand terrain clos.

Nous nous sommes installés en avril 1997 avec notre fille, âgée de 2 ans, qui a fait sa 1ère rentrée à l’école de Darois, en septembre.

L’hiver qui a suivi a apporté son marché de noël avec un peu de neige, on se croyait à la montagne… Dommage que ce marché ne se fasse plus !!!
Ce village est bien agréable avec sa bibliothèque, où nous allons régulièrement, et ses différentes manifestations : Halloween, Feu de la St Jean, Méchoui….

Aujourd’hui, la maison est beaucoup trop grande pour nous deux et nous avons envisagé de déménager… mais à chaque visite, nous sommes déçus et nous sommes dans la crainte de regretter « Étaules ».

 

courtotMonique et « Le » Serge COURTOT

Nostalgie !!

Février 1978… 2 mésanges bleues apparaissent sur le balcon de leur nouveau nid…
Premier hiver à la campagne… Bus scolaires, horaires tendus, Étaules, Lycée Montchapet, premiers contacts avec les « Moineaux » du village.

Hé les gars ! Deux nouvelles filles pour les « mâles »… (ces branchages qui poussent dans les cheminées grâce aux « voltigeurs » la nuit du Muguet).

Le temps de s’organiser pour faire « la moisson » qui obligeait beaucoup à se désaltérer, surtout lorsque le « Mai » descendait dans le conduit, avec pour seule solution la scie égoïne !

Des vrais jeunes qui mettaient une ambiance dans ce village atypique avec ses relations d’amitié loin de la froideur de la ville.

2018 : Évolution et constructions ont modifié l’ambiance. Les « oiseaux » se sont envolés pour aller couver ailleurs, sauf les « Trois Mousquetaires » (Bertrand, Lolo et Coco), le temps passe, mais de très bons souvenirs restent…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*