Accueil » Patrimoine » Un peu d'histoire ! » Les métiers, il y a 150 ans !

Les métiers, il y a 150 ans !

Il y a 150 ans, divers métiers exercés dans la commune étaient soumis à la signature d’une convention entre la commune et le professionnel. Tout est défini par le conseil municipal et répertorié dans les registres. Voici quelques exemples des métiers particulièrement bien codifiés.

L’INSTITUTEUR est nommé par le recteur d’Académie.

  • Il s’engage à recevoir les enfants à son école 2 fois par jour sauf dimanches, fêtes religieuses et jeudis. Il devra leur apprendre méthodiquement à lire, à écrire, à calculer. De plus il fera faire des répétitions de catéchisme à ceux qui se préparent à la première communion.
  • Il doit assister le ministre du culte catholique dans toutes ses fonctions.
  • Il fera les fonctions de secrétaire de mairie et celles d’appariteur.

Les revenus de l’instituteur :

  • De la commune il recevra, tant pour son traitement que pour son loyer annuel la somme de 150 Frs.
  • Il recevra des parents :
    – 50 cts/mois par enfant qui saura lire.
    – 75 cts/mois par enfant écrivant et calculant.
  • Son rôle à la mairie lui rapportera 42 Frs/an et 10 Frs/an de frais de bureau. De plus, l’instituteur devant occuper son temps à l’éducation de la jeunesse et aider la mairie, il est exempt de « corvée des chemins ». Il reçoit gratuitement une portion d’affouage, et chaque enfant doit fournir du bois pour le poêle de la classe.

LE MARGUILLIER est membre du conseil de fabrique de la paroisse. La fabrique correspond à l’ensemble des biens et des revenus d’une église. Le marguillier fait souvent office de sacristain. Il doit faire sonner les cloches pour l’angélus, les vêpres, les fêtes solennelles. Il doit aider aux mariages, enterrements, inhumations. Il reçoit 12 Frs/an pour sonner l’angélus 3 fois /jour, 6 Frs par cérémonie de mariage ou enterrement.

LE GARDE CHAMPETRE fait aussi office d’agent de police. Il doit avoir effectué son service militaire. Il est chargé de faire respecter la loi, de surveiller les propriétés qui lui sont confiées (champs, prairies…). Lors des moissons il assure la nuit, avec un aide « digne de confiance », la garde du grain et des champs non moissonnés. Son salaire est de 120 Frs/an.

LE PATRE s’oblige à prendre tous les matins le bétail devant les maisons des propriétaires afin de le ramener le soir « à la manière accoutumée ». Lors des naissances, il s’oblige à garder les troupeaux avec un aide honnête…Il sera payé pour sa peine. Si un animal disparaît du fait de sa négligence, il sera sanctionné. Si l’animal est mort « de la gueule du loup », il ne sera pas inquiété. Chaque propriétaire donnera comme gages :

  • 1 mesure de blé concassé/semaine.
  • 1 quart d’orge/semaine.
  • 1 livre de pain/12 jours.

De plus il recevra 25 cts/vache, 15 cts/cochon et chèvre, 5 cts/mouton.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*